Menu

15.8.13

Le pauvre clerc



Il est né, on le nomme. Il va, il se met dans les parcs, il se met dans des champs, le soir, il s’en va boire, la nuit il fait des rêves, qu’il note, qu’il montre à des amis, puis il retourne aux champs, qui sont clairs et qui sentent et qui font un bruit seul. Dans la marche, ses pieds se cassent, ses mollets se couvrent de pustules, il a la vue qui baisse, il ne digère plus, il note ce qu’il pense, il fait plusieurs pensées, que les planètes tournent, il a l’habitude des planètes qui tournent, qui ne l’inquiètent plus, mais lui font des pensées. Il est sûr des pensées et si bien qu’il les note, sur des blocs, puis sur des mouchoirs et enfin sur son ventre et enfin sur ses mains et enfin dans de l’eau et enfin il les note dans un livre qu’il vend. Mais il retourne aux champs, qui sont plats et qui sentent et qui font les rencontres avec les animaux, les biches et les poissons, les fruits et les vieux chiens, qui mordent mais qui ont un cœur frais.